Album Review: Jamie T – Carry On The Grudge

Jamie T carry on the grudgeUn troisième album explosif pour un retour après 5 ans d’absence du britannique de wimbledon dans le sud de Londres.

Date de sortie: 29 septembre 2014

9,5/10

Jamie T, de son vrai nom Jamie Alexander Treays, c’est 3 albums, 4 EP, 14 clips vidéo, bientôt 10 ans de carrière et un retour dans les charts anglais les plus acclamés de l’année.

On le croisait dans les hits la dernière fois en 2009, après son deuxième album The Man’s Machine. Aujourd’hui, nous sommes face au même chanteur rock que quelques années auparavant: un accent anglais en sur-puissance, un look de rockeur mal-aimé, mais des paroles encore plus sincères et personnelles, qui traitent pourtant de toute une génération.

L’album commence avec le titre « Limit Lies » qui nous fait sourire tout en nous humidifiant les yeux. Très mélancolique, il nous chante le fait qu’il comprennent qu’il y ait plus à la vie que des soirées de débauche le vendredi soir, sans réellement savoir ou se trouve ce « plus ». Jamie grandit, nous aussi, on s’interroge avec lui. L’album avance avec un des meilleurs morceaux de l’album, « Don’t You Find« , premier single de l’année qu’il sortait en juillet dernier sans réellement savoir ou son album allait le mener. Un des titres le plus mélodieux de Carry On The Grudge avec des paroles un peu creepy, ce titre en a surpris plus d’uns car il confirmait déjà ceux que l’on pense maintenant: un Jamie plus mur lyriquement et mélodieusement parlant.

Turn On The Light nous parle d’une petite-amie perdue, en difficulté avec son art et sa vie « Love, turn on the light it’s so dark inside, inside my life ». Zombie, le titre le plus rock de l’album nous embarque à Camden dans le sud de Londres à une époque ou Pete Doherty et Amy Winehouse enchainent des pintes au Hawley Arms: « Cause I’m a sad sad post teen caught up in the love machine: no dream, come clean, walking like a zombie« . L’album nous offre également des balades surprenantes en totale opposition avec les morceaux énergiques et très rocks comme « Rabbit Hole » ou « Peter« , titre presque punk-rock presque agressif (Peter doesn’t like your band /Peter says you’re all so bland / Peter wants to fuck your girl), qui sont la pour nous rappeler que le rockeur de Sheila est toujours parmis nous. Nos balades donc, sont un peu dispersées dans cet album de 12 titres: « They Told Me It Rained« , « Mary Lee« , « Love Is Only A Heartbeat Away » adoucissent l’album d’un chanteur encore révolté, qui traite du début d’une vie d’adulte encore remplie par les doutes et les faiblesses d’une adolescence anglaise fragilisée par le temps et les conditions économiques et sociales dans lesquelles nous évoluons tous.

Jamie T sera en concert à la flèche d’or le 27 novembre prochain: pour réserver vos places par ici.

Much Love,

logo noir png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s