Live Reviews

Live Report : Les inRocks Festival 2014

Jeudi 13

Étant nouvelle sur Paris, je n’ai effectué que très peu de concerts à la Cigale, mais je pense quand même y avoir été assez souvent pour vous dire que je n’ai jamais vu cette salle aussi blindée. Difficile de circuler entre les foules, toutes ici pour une chose ce soir: La soirée d’ouverture du festival des inRocks Phillips 2014. Au programme ce soir, Glass Animals, Chet Faker, Bipolar Sunshine et The Shoes.

Le concert débute avec le groupe Glass Animals, à moitié indie-pop, à moitié indie-rock originaire d’Oxford. On vous les présentait comme acteurs d’un des meilleurs albums de Juin, ils étaient la jeudi pour ouvrir le festival. Une énergie hors du commun. Des mélodies calmes, douces, presque sulfureuses, qui nous excitent et paradoxalement nous apaisent par la même occasion. Avec une voix bien particulière (qui parfois pourrait nous faire penser à celle du chanteur d’Alt-J), le chanteur et les musiciens mènent parfaitement cette ouverture, en alternant morceaux de leur EP, de leur premier album mais également en nous enchantant avec la magnifique reprise du morceau de Kayne West « Love Lockdown » qui marque le sommet de leur prestation. Le public chante, les musiciens chantent aussi, et ce morceau qui aurait pu être une vulgaire reprise mais qui nous refais découvrir toute la beauté de leur univers exotique, pop, acidulé, en nous faisant oublier le monde hip-hop de son chanteur d’origine.

Il est à peine 21h et la salle est déjà largement dans l’ambiance. Nous sommes en plein milieu du mois de novembre et une fois que l’on rentre dans la cigale, on l’oublie largement. Les gens parlent, dansent entre les sets, boivent (souvent de la bière, parfois du vin, j’ai même vu quelqu’un avec un Get27 j’étais pleine d’émotion). Après cette petite pause et le temps pour les Roadies de préparer le matériel pour l’acte suivant, c’est Chet Faker qui prend place, pour un set court mais plein de magie.

Fatigué mais ravi d’être présent, l’australien Chet Faker nous livre une performance incroyable. Souvent seul sur scène avec son matériel et accompagné d’un guitariste et d’un batteur sur quelques chansons, il arrive à faire de la salle un véritable arche de paix musical, ou tout le monde s’oublie et se retrouve. Une voix sublime qu’il sait parfaitement utiliser malgré plus de 100 prestations rien qu’en 2014, une fluidité de mouvement qui marque le rythme et nous donne envie de bouger, des paroles sensuelles qui nous font rêver. Difficile de comparer sa prestation ou son univers avec d’autres artistes et c’est ici tout l’intérêt de Chet, une singularité hors du commun qui a valu à la cigale de gagner le prix de la salle la plus chaude de Paris (décerné par moi même), en finissant par Talk Is Cheap, premier single de son deuxième album.

Direction la boule noire pour assister au premier concert français de Bipolar Sunshine. Anglais également, le chanteur de Manchester nous livre un show plutôt intimiste, accompagné de ses musiciens. Ravis d’être ici, les chansons livrées sont, comme son nom de scène nous l’indique, un peu bipolaires. Impossible également d’enfermer le chanteur dans un style de musique précis, car Adio Marchant, de son vrai nom, s’inspire beaucoup, et de tout. En passant de la pop au rock, puisant dans la soul et même parfois le R&B, il ne se limite pas à un genre en particulier et c’est un résultat coloré, original mais surtout passionné auquel on assiste.

Love,

logo noir png

Pauline. 

0 comments on “Live Report : Les inRocks Festival 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :