Live Report: Liverpool Sound City 2015

Le week end dernier, Karma Spirit se rendait au festival Liverpool Sound City qui prend place comme son nom l’indique, dans le nord de l’Angleterre, à Liverpool. Contrairement à l’année dernière ou le festival prenait place en plein coeur de la ville dans une multitude de salles différentes (bars, pubs, théâtres, cathédrales…) toutes ouvertes aux personnes munies d’un pass, le festival a cette année été déplacé plus en banlieue sur les docks de la ville, ou se sont retrouvé plus de 150 groupes (signés ou indépendants) sur plus de 8 scènes différentes, pour le plus grand bonheur des festivaliers. Malgré quelques points négatifs surement dus à la nouveauté de la logistique (certaines scènes étaient tellement près les unes des autres que les artistes avaient du mal à s’entendre eux mêmes, une fête foraine qui occupait beaucoup de place alors que certaines scènes manquaient d’espace…), c’était un festival réussi en somme qui a permit de dévoiler comme chaque année de nombreux artistes au grand public avant de partir en tournée cet été. Voici nos highlights.

 liverpool sound cityphoto 

Unknown Mortal Orchestra.

IMG_8183
Unknown Mortal Orchestra

Surprenant, c’est le mot qu’on a envie de dire quand on nous demande de décrire le set de ce groupe originaire de Portland, qui sortait le lundi 25 mai leur deuxième album. Il est 21h30 quand ils arrivent sur scène dans le hangar désaffecté plutôt bondé qui sert de scène au festival, sous le nom de « Baltic Stage ». Avant de commencer par leur titre « Swim And Sleep (Like A Shark) », Ruban Nielson salue son public avec un sourire qui rappelle celui qu’il a affiché à son plus gros concert anglais à Londres quelques jours avant. En alternant titres de leur précédent album et nouveaux titres qui apparaissent sur leur nouvel opus (pas encore sorti le jour du festival), le groupe garde leur style énergique et un peu approximatif -dans le bon sens du terme- car chaque note et accord est maîtrisé, mais l’ambiance qui ressort après chaque titre est quelque peu brumeuse, notamment avec la voix de Ruban qui surprend par sa différence avec les versions studio.

Peace

PEACE

Toujours sur la même scène, dans le même hangar mais le dimanche cette fois-ci à 23h30, c’est au tour de Peace, principaux headliners du festival, de jouer devant les festivaliers. Toujours aussi bondé, le hangar devient l’hôte d’une performance extraordinaire du groupe anglais mélangeant pop et rock avec un attitude un peu funk. Mentaux de fausse fourrure et de faux cuir, Peace salue Liverpool avant d’entamer son set composé d’autant de chansons du premier album que du deuxième. Réservant les rubes tels que « Wraith » « Happy People » ou « Lovesick » pour la fin, c’est un véritable final explosif qui permet au festival de se clôturer sur un set heureux et talentueux de ces jeunes 4 anglais de Worcester.

Palace

IMG_8257
PALACE

Nouveaux sur la scène de la musique britannique indépendante, Palace se sont produits le dimanche sur la Baltic Stage devant une foule un peu dispersée et peu attentive qui le regrettera surement dans quelques années. Le groupe constitue une des réelles découvertes de cette édition avec leur set de 30 minutes qui a réchauffé des âmes et des coeurs (rien que ça). Le chant de Léo, le chanteur, se mélange parfaitement avec les mélodies de blues rocks et rock alternatif parfaitement exécutées par le reste du groupe (Rupert, Will et Matt), malgré leurs récents débuts. C’est trente minutes ou les festivaliers attentifs ont pu y découvrir un véritable groupe talentueux qui montera probablement dans les charts lors de la sortie d’un futur album. Nous avons pu entendre des morceaux de leur premier EP « Lost In The Night » mais également des morceaux qui figureront sur leur second « Chase The Light« , pas encore sorti mais qu’il est déjà possible de pré-commander en cliquant ici.

Gengahr

Processed with VSCOcam with m3 preset
GENGAHR

Deuxième groupe un des plus attendus malgré leur nouveauté sur la scène indé, Gengahr a déplacé les foules et vidé par conséquents les autres scènes du festival pendant une trentaine de minutes dimanche. Ils se produisaient en fin d’année dernière avec Alt-J et Wolf Alice à Paris, et ils ont fait beaucoup de chemin depuis. Même si leur album n’est pas encore sorti, le groupe a largement de quoi faire danser et chanter le public avec leurs chansons issues de leurs singles. Le titre « She’s A Witch » a d’ailleurs atteint plus d’un demi million d’écoutes sur Spotify. En présentant quelques extraits de leur futur album qui sortira le 15 juin prochain intitulé « A Dream Outside« , Gengahr s’est assuré l’engouement du public envers sa musique pour les prochains mois.

The cribs

Processed with VSCOcam with p5 preset
THE CRIBS

C’était surement l’un des actes que les festivaliers attendaient avec le plus d’impatience. Le groupe britannique a envahi la scène Atlantic le dimanche soir avant le groupe de Glasgow Belle & Sebastian. C’est avec bonne humeur et humilité qu’ils ont joué quelques uns leurs anciens morceaux, et principalement introduit au public leur nouvel album (sorti le 20 mars dernier intitulé « For All My Sisters« . Ils étaient en tournée tout le mois de février en Angleterre, c’est donc une prestation sans fausse note auxquels nous avons eu l’honneur d’assister qui n’est pas non plus tombée dans la sur-préparation pas toujours naturelle des grands groupes du genre. Spontanés, interagissant avec le public, the cribs prennent toujours autant de plaisir à jouer qu’à leurs débuts et ont toujours autant d’étoiles dans les yeux quand ils observent leurs fans crowdsurfer sur leurs titres les plus connus.

Spring King

Énergiques, un peu brouillon mais plein de bonne humeur et de talent, on vous la présenté dans le précédent article. Amis de longue dates avec d’autres chouchous de Karma Spirit tels que Hinds, Courtney Barnett ou encore JAWS et Happyness,  Spring King se sont produits sur la Kraken Stage à 21h30 le deuxième jour. Plus ambitieux encore que lorsqu’ils sont guest, le groupe a su utiliser tout l’espace et échanger avec les gens présents plus que le reste des artistes. Réellement ravis d’être la, ils nous ont fait danser avec leurs singles « They’re Coming After You » ou encore « Mumma » ou même si l’ont ne connaissait pas la chanson avant il est très facile de se joindre aux chants des refrains. Après avoir assisté à ce dont ils sont capables nous n’avons plus qu’une hate: se procurer leur premier album qui devrait sortir prochainement et les voir en tournée au cours d’un set plus long et d’une sono plus adaptée.

 Les billets pour l’édition 2016 sont déjà en vente à tarif super early bird pour des super early babes comme vous. Je sais que c’est loin, que c’est dans le nord et que c’est pas à Londres, mais Liverpool Sound City est situé sur les docks d’une ville extraordinaire riche en culture musicale qui a toujours baigné dans le rock et la pop (c’est la ville des beatles d’ailleurs pour ceux qui auraient du mal à suivre). En assistant à ce festival, on est non seulement entouré des personnes les plus sympa de la planète, mais on assiste à des concerts exceptionnels de gens passionnés, qui sont au centre de l’industrie musicale indépendante. Alors si j’ai un conseil à vous donner, c’est d’acheter vos billets en cliquant ici. C’est à peine 70€ pour 3 jours de qualité alors ne passez pas à coté!

Much love,

Pauline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s