Albums Reviews

Album Review : The Libertines – Anthems For Doomed Youth

anthems for doomed youth

Lorsqu’ils ont annoncé leur re-formation, un nouvel album et une tournée, le public a d’abord été suspect, les accusant d’être motivés par l’argent. Après les avoir vu se produire devant plus de 80.000 personnes à Hyde Park l’été dernier, le public est devenu curieux. Aujourd’hui, 11 septembre 2015, le public est comblé. C’est le premier album des Libertines depuis plus de 10 ans, et la questions qu’ont a tous sur le bout des lèvres est : sont-ils toujours les mêmes (likely) lads?

Date de sortie : 11 Septembre 2015.

6.7/10

C’est quand même fou de se dire qu’en soit, les libertines n’ont sorti que deux LP. Au cours de cette vingtaine de titres qui les composes, ils se sont forgé une véritable histoire, réputation, un public fidèle et se sont attiré les attentes et les critiques de la presse internationale.

Plus de dix ans après leur disparition, l’attention pour « Anthems For Doomed Youth » était à son comble. Il a été produit par uns des producteurs les plus en vogue en ce moment, Jake Gosling, étrangement plus spécialisé en pop (Ed Sheeran, One Direction). Bien qu’il s’agisse d’un choix étrange de la part du groupe de s’associer avec un producteur aussi clean, quand on sait qu’ils ont collaboré avec Bernard Butler du groupe Suede ou bien Mick Jones des Clash dans le passé, cela ne semble pas avoir stoppé -complètement- le processus de création de Doherty, Barât, Hassall et Powell.

L’album commence avec Barbarians, ce qui nous présente à cette espèce de nouvelle mentalité du groupe : tout est plus rangé, plus propre, plus organisé. L’essence même des Libertines est toujours présente : guitares pop-rock, une voix toujours aux frontières de la justesse, de l’euphorie sur les refrains, des titres influencés garage alternés avec des balades…

Le premier single que le groupe avait révélé en début d’année « Gunga Din », qui est d’ailleurs le deuxième titre de l’album, avait rassuré les fans en montrant que les quatuor n’avait pas (trop) changé, et c’est malheureusement la plus belle surprise de cet opus. Il se rapproche cependant d’une poignée d’autres titres dynamiques tout aussi « esprit libertines » comme Fame and Fortune ou bien You’re My Waterloo. La première moitié de l’album est un concentré de vieux Libertines, comme si c’était en fait des démo dépoussiérée et formatée radio, et très influencé par les projets en solo parallèles de Pete Doherty et de Carl Barât. Tandis que les titres You’re My Waterloo, une ballade au piano, ou encore Iceman sont très influencés par Grace/Wastelands à tel point qu’on s’imagine preste une danseuse en tutu sur scène ; les morceaux comme Fury Of Chonburi ou The Milkman’s Horse nous renvoient eux au début de Carl Barât And The Jackass, seulement plus pop… un peu mou. On peut parfois établir quelques raccourcis faciles entre nos « jeunes libertines » du passé, et ceux du temps présent :

Glasgo Coma Scale Blues par exemple qui est un des morceaux les plus réussis de l’album, peut faire penser à quelques aspects de Can’t Stand Me Now et Gunga Din possède un refrain aussi entrainant que Fuck Forever de BabyShambles, chanté ensemble et à pleines voix. Le dernier morceau « Dead For Love » nous réuni avec le groupe : un morceau mélancolique et brut, qui donne l’impression d’avoir été enregistré « à nu ».

L’ombre de déception qui s’est faite ressentir après les premières écoutes de Anthems For Doomed Youth résulte du fait que les meilleurs extraits avaient été révélés il y a quelques semaines, laissant le reste de cet LP un peu vide, malgré les bonnes surprises d’une poignée de titres. L’album est plus soigné, certes. Mais il en reste un concentré de rock & roll anglais, voir Londonien, peut être juste plus mature, contrairement à ce que le titre annonce.

0 comments on “Album Review : The Libertines – Anthems For Doomed Youth

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :