Interview: The Bohicas « To Die For a failli ne jamais voir le jour »

the bohicas

À l’occasion de leur passage à Londres mardi dernier, nous avons eu la chance de nous entretenir avec le groupe anglais The Bohicas, nouveaux chouchous rock de la scène anglaise, pour discuter de leur travail tout au long de cette année, et bien sur du résultat : leur premier album « The Making Of », avant leur départ pour l’Europe.

KS : Félicitation pour la sortie de votre premier album! Quels ont été les meilleurs moments lors de sa composition et de son enregistrement?

Dom: On a eu l’occasion de travailler avec Mark Rankin, il a été notre producteur et il est incroyable. Il a travaillé avec Queens of the Stone Age, qu’on adore en tant que groupe et c’était une experience incroyable.

KS : Vous aviez travaillé ensemble sur l’EP également?

Dominic: Ah oui également en fait! Il nous a aidé sur Crush Me et Bloodhound, mais pour l’EP on avait principalement travaillé avec un producteur qui s’appelle Chris Hughes qui a travaillé avec Tears or Fears par exemple. Mais Mark était une personne incroyable pendant l’enregistrement de l’album. Il nous a incroyablement aidé, c’est une mine d’or en ce qui concerne la pop, il connait tout.

KS : Vous êtes passé par le même processus d’enregistrement en faisant l’EP et l’album?

Dominic : On a plus ou moins procédé pareil, on écrit beaucoup à la base avant de commencer quoi que se soit d’autre, et tout le travail se fait vraiment lors des répétitions. La plus grosse partie c’est de savoir ce qui marche bien, ce qui ne le fait pas du tout quand on commence à jouer les chansons. Quand on est en studio, c’est juste cocher des cases en fait, puisqu’on sait déjà tout ce qu’on veut et qu’on a que deux ou trois jours pour le faire, faut pas trop perdre de temps.

Andy : C’est un peu du feeling, parfois on répétait une chanson on était pas vraiment surs mais on essayait quand même en studio. To Die For par exemple a failli ne jamais voir le jour, mais Chris est arrivé et nous a aidé à lui donner le son qui a fait qu’on l’a inclue dans l’album au final.

KS : Selon vous, qu’est ce qui fait une bonne chanson?

Dominic: Pour moi il faut que la mélodie et les paroles cliquent. Il faut que les deux collent ensemble si tu vois ce que je veux dire. T’as plein de chansons avec des mélodies magnifiques qui sont gâchées par des paroles stupides et vice-versa. C’est dommage quand on artiste privilégie la mélodie aux paroles.

KS : Quand on écoute l’album on a l’impression que vous êtes un peu partagés entre du classic-rock et de la pop. C’est quelque chose dont vous êtes conscients ou pas du tout?

Dom : Oui! Les gens souvent pensent que la pop, c’est nul, que c’est un gros mot, mais ça l’est pas!

Dominic: Un peu quand même. (rires)

Dom : Non! On en a pas peur, c’est quelque chose qu’on sait tous apprécier.

Dominic: Je rigole. Je pense que le fait qu’on sonne parfois pop n’est pas réellement conscient. On aime beaucoup la pop des années 60, donc peut être qu’inconsciemment on en a été influencé!

Brendan : Je pense que si on avait essayer de mettre certains sons pop 60’s consciemment ça aurait sonné bizarre, les gens auraient eu l’impression qu’on force je pense. Quand t’es extrêmement conscient de la musique que tu fais et que c’est réfléchis, ça devient trop mécanique et peu spontané.

Dominic : La majorité de notre album est basée sur notre instinct et notre confiance en nous-même . C’est vraiment le produit de notre imagination. C’est inutile de douter de l’album puisqu’on a adoré le faire et que nous en sommes satisfaits. Si ça marche tant mieux, si ça marche pas tant pis, mais on en est vraiment contents.

KS : En parlant de musique pop vous écoutez quoi en ce moment?

Andy : Le dernier album de the weeknd est extraordinaire. On a des goûts très variés.

Dom : Oui son dernier album est géant. J’aime beaucoup NAO aussi, je pense qu’elle va faire de grande choses l’année prochaine!

KS : Ce soir c’est votre dernière date anglaise avant votre départ pour l’Europe et le Japon. Certains endroits dont vous êtes plus pressés de visiter que d’autres?

Andy: Amsterdam…

Dominic: Bruxelles, Berlin… Madrid!

Dom: Et Pariiiiiiiiiis, à chaque fois qu’on a fait un concert la-bas c’était génial.

Brendan: Arrête de faire de la lèche… (rires)

Dom: C’est vrai!!! Le point éphémère est une salle super, et on a des gens qui nous supportent depuis longtemps à Paris et c’est toujours un plaisir de les voir!

KS : Quel morceau vous préférez jouer en live?

Brendan : Upside Down, sans hésiter.

Dominic : Pareil!

Dom : Crush Me je pense.

Andy : What I mean.

KS : Voici quelques uns des artistes qui vous sont « similaires » sur votre page Spotify. Avec qui vous adoreriez faire une tournée entre Wolf Alice, Spring King, Superfood, Gengahr, Circa Waves ou Drenge?

Dominic: On a joué avec presque tous je pense! Pas ensemble vraiment, mais on jouait souvent dans le même festival le même jour. Sauf Wolf Alice qu’on a jamais rencontré.

Brendan : J’adorerais faire une tournée avec Spring King, ils sont trop cool. Ou Drenge, ils sont absolument adorables et leur musique est géniale.

KS : Vous en êtes à un point où vous avez fait beaucoup de festivals et beaucoup de concerts solo également. Vous préférez quoi entre les deux, même si ça doit être deux expériences totalement différentes?

Dom : Les deux sont deux choses géniales. Les festivals sont très impressionnants puisque c’est pas « ton public », c’est majoritairement des gens qui ne connaissent ni ton groupe ni ta musique donc c’est un bon challenge. De l’autre coté les tournées c’est extraordinaire aussi, c’est génial de voir les gens chanter tes chansons.

Dominic : Moi je suis quelqu’un de la nuit (rires) donc je préfère vraiment les concerts. J’adore les festivals aussi mais les concerts c’est juste… parfait!

KS : La meilleure sortie d’album de l’année selon vous?

Dom : Le dernier Tame Impala sans hésiter.

Brendan : Eagles Of Death Metal « Zipper Down »

Dominic : J’ai pas encore écouté l’album mais la chanson Sharpness de Jamie Woon est géniale et je pense que l’album va être super.

Andy : Je dis pareil!

North London ou South London?

Tous : North London!

Lana Del Rey ou Charlie XCX?

Dom: Charlie XCX! Je pense que les autres seront d’accord!

Funk ou Disco?

Dominic, Dom et Andy : Funk.

Brendan : Quoi? Vraiment? Disco!

La playlist de The Bohicas: 

Jamie Woon – Sharpness

Barbara Lynn – This is the thanks I get

The Temptations – Shakey Ground

No Doubt – Hella Good

Elvis Costello – Lip Service

Merci à Jennifer de Dominos Reccording. Le premier album de The Bohicas intitulé « The Making Of » est disponible en version digitale sur Apple Music ou bien en écoute sur Spotify. Rendez-vous ici pour les versions physiques. Vous pouvez retrouver le groupe sur Facebook ou Twitter!

Love, KS.

Une réponse sur « Interview: The Bohicas « To Die For a failli ne jamais voir le jour » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s