Album Review : Half Moon Run – Sun Leads Me On

half-moon-run-sun-leads-me-onSun Leads Me On est un album qui ne laisse pas indifférent. Fort en émotions, les mélodies diverses et épurées s’entremêlent et s’entrelacent, sans toutefois se ressembler. Dark Eyes, bien que différent, nous avait ému de par sa profondeur, mais le quatuor canadien Half Moon Run ne nous déçoit pas avec ce second album nuancé et tout aussi puissant. Sun Leads Me On réveille en soit une nostalgie lointaine qui semble résonner des hauteurs des collines Californiennes, où l’album a été composé.

Date de sortie : 23 octobre 2015

8/10

Il démarre avec Warmest Regards, un slow pop-folk qui réchauffe les cœurs et semble remémorer des souvenirs d’un été qui ne reviendra plus. Le solo de guitare nous détend, tel une soirée que l’on passerait près d’un feu de camp… Les souvenirs se confondent et s’éloignent… La douceur musicale continue avec I Can’t Figure Out What’s Going On, un peu plus rythmé mais tout aussi envoutant. Le tempo s’accélère avec Consider Yourself, un son électro-choc qui réveille et nous ramène soudainement à une réalité dont on s’était éloigné. Half Moon Run surprend, jouant de la guitare électrique avec une douceur et une aisance qui leur est propre. Puis le calme reprend avec les morceaux Hands in the Garden, Turn Your Love, et Narrow Margins. « I can’t live this way, breaking all my rules again” Devon, le lead singer démarre. Des paroles qui prennent aux tripes et nous font réfléchir continuellement, “When I return to the earth, I’ll return to the dust”. Half Moon Run c’est du bon son, mais plus que du talent, c’est une approche philosophique. C’est un constat sur la vie. Sun Leads Me On, le morceau coup de coeur de l’album, déborde de beauté et de cette tristesse mélancolique qui touche l’âme : “ In this life, May I never be alone.” Le ciel s’assombrit, le soleil se couche. It Works Itself Out nous plonge dans une nuit étoilée qui nous transporte d’aventures en aventures… suivi du morceau Everybody Wants. “Everybody wants to be someone else, Everybody needs to be somewhere else, to fit right in, to be ordinary and never change.” Des paroles qui touchent notre réalité au quotidien et nous ramènent à notre humanité. Soudainement, un interlude de piano démarre et apaise le cœur tel un moment de sérénité, telle une profonde inspiration qui nous calme et nous recentre. On se sent bien. Et on remercie à ce moment les années de conservatoire qu’a pu faire Dylan. Devil May Care, un vrai track folk, nous fait sourire. Après toutes ses émotions fortes, l’harmonica nous met du baume au cœur. Quel bel album! L’avant dernier track, The Debt, ne ressemble en rien aux précédents morceaux. Un slow deep et intriguant, on se perd dans une nébuleuse de pensées. On s’envole. C’est magique…. On voudrait ne pas redescendre. Sun Leads me On se clôture avec Trust, un track dynamique et branché, entrecoupé de sons de synthé d’une originalité qui nous clou sur place. Un album hors du commun, qui vend du vrai rêve. A ne pas rater!

Sun Leads Me On est déjà un album que nous écoutons en boucle à la rédaction. Merci beaucoup au Boogie Drugstore de nous l’avoir envoyé! Vous pouvez vous procurer le deuxième album d’Half Moon Run,  iSun Leads Me On ici. Leur prochain concert à Paris est complet mais vous pouvez vous procurez des tickets pour leur prochaine tournée française ici.

Good vibes, good karma

Par Léa Soustelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s