Interview: Mystery Jets « Avec ce nouvel album, on se met à nu »

Quelle joie de débuter cette année 2016 avec un de nos groupes préférés. La dernière fois qu’on avait vu Mystery Jets, c’était il y a bientôt trois ans alors qu’ils faisaient la première partie de Mumford & Sons en compagnie d’Half Moon Run au Trianon de Paris (26 mars 2013).

On se retrouve aujourd’hui pour parler de Curve of the Earth votre nouvel album! On a eu la chance de l’écouter et on adore!

MJ: Super, merci beaucoup!

Comment s’est déroulé l’enregistrement de l’album? Quelques petites anecdotes?

Jack: Et bien, c’était vraiment long. Parce qu’on a produit l’album nous-même donc on a commencé il y a environ deux ans! On a construit notre propre studio d’enregistrement à l’extérieur de l’appartement de Blaine. C’est très pratique mais c’est dans une ancienne usine où il fallait enlever toutes ces grosses machines. Puis on a récolté tous plein de matériel pendant 10 ans qu’on a du installer à l’intérieur. On a eu beaucoup de travail et c’était un processus très étrange car normalement quand tu fais un album tu dois y aller pendant deux mois et après c’est terminé, tu as le label derrière toi qui te mets la pression. Mais on a de la chance car nous étions entre deux maisons de disques et je venais juste de rejoindre le groupe donc c’est comme si c’était un nouveau départ. Donc on a eu 8 mois où on commençait à 10h puis terminait à 18h et ensuite on allait au restaurant et on buvait.

Blaine: Quand on a commencé on bossait de 10h à 18h et puis ensuite on se faisait des journées de 10h du matin jusqu’à 6h du matin le lendemain.

Mais au final, vous avez passé du bon temps?

Jack: Oui c’était fun! Il y a eu des moments où on était « Arrrgh » mais sinon *enlace Blaine* c’était que du fun et de l’amour. Normalement quand tu produis des artistes, tu dois t’occuper d’eux, leur donner des limites etc… Comme on se produit nous-même on a dû s’occuper de nous, c’est dur.

Dans tous les cas on adore l’album. Il est différent des autres, comme si vous empruntez un autre chemin.

Blaine: J’ai le sentiment qu’à chaque fois qu’on faisait un album, c’était une sorte d’exutoire de ce des expériences qu’on aimait vivre à ce moment précis. Ça pouvait être une ère dans le temps, comme pour dans Twenty One: on a exploré les 80s. Sur notre dernier album Radlands, on l’a enregistré aux États-Unis, donc on a été inspiré par les grands espaces, le désert, la culture américaine: s’habiller comme des cow-boys et tirer comme eux. Et puis avec cet album c’est comme si on enlevait tous nos costumes: on présente quelque chose de vraiment réel, on se met à nu. C’est un album très personnel.

Vous avez sorti Telomere ainsi que le clip vidéo. Quel est le sens du clip vidéo par rapport à la chanson?

Jack: On a passé beaucoup de temps à réfléchir sur ce qu’on voulait faire avec le clip vidéo.

La chanson est poignante, et le clip vidéo nous rappelle qu’au moment où on vient sur Terre, on retourne à l’état de poussière, de boue (ndlr: référence au clip vidéo ci-dessus), il y a cette notion de terre.

Jack: Notre album est vachement centré sur l’échelle. On commence avec des chansons très personnelles et puis l’album continue et l’échelle s’étend. On a passé beaucoup de temps à travailler sur Telomere.

Blaine: Ça faisait longtemps que je voulais écrire une chanson sur l’idée des ancêtres; que dans les générations qui nous précèdent: nous avons des ancêtres qui ont des qualités que peut-être nous avons aussi et dont on ne sait pas d’où elles viennent. Et j’ai cherché pendant longtemps, comment l’interpréter dans une chanson. Et je suis tombée sur ce mot « télomères » et je me suis demandé ce que c’était, je n’en avais jamais entendu parlé. Et puis j’ai travaillé dessus et j’ai su que je voulais que la chanson parle de ça. L’idée qu’on soit conditionné par le monde qui nous entoure mais il y aura toujours quelque chose de fort en nous, comme l’instinct de survie. Avec le clip vidéo, on voulait décrire d’une façon abstraite, les couches que le monde peut rajouter sur notre peau afin de l’endurcir; alors qu’au fond il reste toujours une partie qui n’a pas été touchée, qui a survécu.

On le ressent avec Telomere, que l’album est personnel; que ce sont des pensées très profondes sur la vie.

Blaine: Je suis content que tu le ressentes de cette façon.

Jack: Oui, c’est bien que tu l’ai remarqué.

Ce qu’on a toujours aimé avec votre groupe ce sont les voix. Vous avez toujours une voix principale dans chaque chanson que ce soit Blaine ou William, mais vos harmonies et les voix qui se posent sont toujours si précises, travailler sur vos arrangements vocaux est quelque chose d’important pour vous?

Jack: Oui bien sûr, ce que nous faisons le plus est travailler sur nos harmonies. On adore le faire. Je suis un très grand fan des Beatles, j’ai grandi en essayant de reproduire ce qu’ils faisaient. Mais Blaine se met au piano, et on se met tous autour et on travaille en détails toutes les voix et les harmonies. Nous n’utilisons pas d’autotune ou de logiciel, on ne change pas nos voix, on continue de chanter jusqu’à que ce soit parfait. On essaye au quotidien de le maîtriser.

Blaine: Oui, je pense tout particulièrement que lorsqu’on chante en live il n’y a rien de plus important que ces quatre chanteurs qui ne deviennent qu’un, avec une harmonie parfaite. C’est l’une des choses que je trouve le plus puissant. Donc on essaye vraiment de le maitriser.

*Guillaume Brière du duo The Shoes nous rejoint*

Félicitations pour votre performance à la télévision d’hier! On aimerait savoir comment votre collaboration sur Submarine a eu lieu?

Guillaume: Elle s’est faite grâce à Yoann Lemoine aka Woodkid. Woodkid a fait une vidéo il y a quelque temps pour Mystery Jets.
Blaine: Et ensuite, j’ai fais un remix pour lui.

Guillaume: Oui, et ensuite j’ai fais un remix pour vous. C’était sur Young Love. Et donc je recherchais de bons chanteurs pour mon nouvel album, j’ai donc envoyé un mail à Blaine avec l’instru d’une chanson où Charli XCX chantait dessus. Et donc il a choisi cette chanson Vortex of Love, et il a fait un putain de refrain dessus et donc on a gardé ce refrain et il est venu sur Paris et on a fait Submarine et Vortex of Love en un jour. Donc c’est grâce à Yoann qu’on s’est mis a travaillé ensemble et je dois dire que sur le premier album on avait trouvé une réel alchimie avec Esser. Sur cet album c’est avec Blaine qu’on a eu la meilleure connexion.

Blaine: Je suis venu faire un festival: Les Eurockéennes avec The Shoes. Et avec Jack on avait un DJ set et après The Shoes ont rencontré Jack et joue donc maintenant avec eux.

Guillaume: En toute honnêteté, Blaine et Jack sont les deux personnes avec qui je préfère faire de la musique au monde. C’est avec eux que je veux faire de la musique tout le temps!

mysterypolaroid

Avez-vous déjà voulu écrire une chanson en français?

Blaine: À vrai dire, il me semble qu’on a déjà enregistré une version de Young Love. On devrait peut-être la sortir… Je dois aller voir dans les archives de Mystery Jets pour la retrouver.

Avez-vous hâte de repartir en tournée avec cet album?

Blaine: On a tellement hâte.

On peut s’attendre a des dates françaises alors?

Jack: Oh oui, si le public aime l’album on viendra!

Peut-être sur des festivals cet été!

Blaine: Ce serait tellement bien, il me semble qu’on va avoir notre planning dans les semaines à venir.

Jack: J’adore les festivals en France, j’aime beaucoup Rock en Seine.

On va commencer à faire campagne pour que vous vous fassiez inviter alors!

MJ: Oui s’il vous plait faites-le!!!! C’est très gentil, on apprécierait vraiment!

Avez-vous des préférences musicales ces derniers temps? Des groupes actuels que vous écoutez en boucle?

Jack: On écoute beaucoup de choses en ce moment. Le dernier album de Beck: Morning Phase a été une grande influence pour nous. Carrie & Lowell de Sufjan Stevens est excellent. Et puis ça a été une excellente année pour la musique indie.

Blaine: Il y a deux artistes qui viennent en tournée avec nous et dont nous sommes très excités à l’idée de les recevoir: le premier est un de nos plus vieux ami Johnny Lloyd, il était dans un groupe britannique appelé Tribes il a joué sur The End Up (ndlr: dernier track du nouvel album Curve Of The Earth) et sur notre album live. Il a un nouveau projet qui s’appelle SON, et on est très excité à propos de ça. C’est l’un de nos compositeur favori. Et puis il y a un autre jeune artiste qui viendra nous rejoindre, Declan McKenna. C’est un très bon ami. Donc nous sommes très excités à l’idée de partir en tournée avec eux.

Pour cette dernière partie de l’interview, on demande à tous les artistes qu’on rencontre de nous donner 5 chansons qui constituerait la playlist parfaite à leurs yeux. Quelles sont les votre?

Jack: J’adore faire ça! J’adore ce jeu! On va en faire une chacun!

PLAYLIST MYSTERY JETS

Pré-commandez Curve Of The Earth qui sortira le 15 janvier prochain, ici ou ici. Retrouvez le groupe sur twitter Facebooksite officiel.

Karma Spirit tient à remercier Blaine Harrison et Jack Flanagan de Mystery Jets pour leur temps et leur gentillesse. Merci à Guillaume Brière de The Shoes d’être intervenu. Un grand merci à Thierry Gicquel et Diane Lemaitre de Caroline France.

Good vibes, good karma,

KS xx 

logo-noir-png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s