Interview: Sasha Siem « Écrire des chansons me permet d’exprimer ce que je ressens. »

Fin février, Karma Spirit a eu la chance de s’entretenir avec Sasha Siem, chanteuse-compositrice-interprète inspirante de Londres. Une interview tellement good vibes, good karma que nous sommes heureuses de vous présenter aujourd’hui.

sashasiem polaroid

Peux-tu te présenter ainsi que ton projet un petit peu?

Je suis Sasha Siem, de Londres, mon père est norvégien, j’ai grandi en faisant de la musique. J’ai sorti mon premier album Most Of The Boys l’an passé, et voilà! 

Tu as donc toujours voulu faire de la musique?

Toujours. Depuis que je suis jeune ça me passionne. À l’âge de onze ans je savais que je voulais écrire des chansons.

Ton premier album Most Of The Boys est sorti l’an passé. C’est un album avec différents arrangements, différentes sonorités: on peut y entendre des influences classiques, assez orchestrales, très cinématographique et dramatique. Comment le décrirais-tu exactement? 

Je pense que tu as très bien cerné l’album en effet. J’ai été très précise sur ce que je voulais, très pointilleuse sur le moindre son et détail qui y figure pour créer quelque chose avec une atmosphère magique mais en même temps pour créer une sorte de transcendance. Particulièrement à la fin de l’album, c’est très cinématographique avec une image de libération: de se libérer, d’être libre.

Je vois parfaitement, tu as lâché prise et tu es devenu « complètement toi »… 

Exactement, on est tellement occupé à se construire et à être constamment dans la précision. La fin de l’album montre le fait de se détacher de tout ça et de se libérer.

Quel a été ton processus de création du coup pour l’album? 

C’était une très belle expérience pour moi, car il s’est fait d’une façon très naturelle. J’ai pris beaucoup de temps sur l’écriture, que j’ai collecté à différents moments de ce processus dans un carnet et après plusieurs mois j’ai regardé dedans et j’ai vu tout ce que j’avais accompli. C’était merveilleux de se rendre compte que ces petits fragments que j’avais écris, au final, composaient les paroles qui figureraient sur l’album.

As-tu commencé par écrire les paroles ou les mélodies? 

Un petit peu des deux. Mais les paroles sont très importantes pour moi, chaque mot peut exister à part des chansons tel un poème.

Tu joues de beaucoup d’instruments qu’on peut entendre sur l’album. Quel est ton favori? 

Le violoncelle est mon préféré. Il a une place spéciale dans mon coeur, et c’est un très bon ami. Il m’a accompagné tout au long de ma vie.

Par quoi es-tu inspirée? 

La véritable réponse est que tout peut être inspirant mais ce serait trop facile.

Mais suivre un chemin, suivre des indices menant à sa vérité est quelque chose qui m’excite et me fait ressentir des choses; même de la colère. Parfois tu ne comprends pas pourquoi certaines choses te poussent à ressentir certains sentiments. Écrire des chansons, me permet d’exprimer ce que je ressens et ce que j’essaye de comprendre de ces indices qui me mettent sur le chemin.

As-tu d’autres formes d’arts, qui jouent un rôle dans ta musique? 

Je suis très inspirée par la relation entre les yeux et les oreilles, le son et l’image donc je suis amatrice de films, et de comment l’image peut affecter le son et le son peut affecter l’image. Mon partenaire est dans le monde de l’art donc j’ai la chance de pouvoir m’intéresser à beaucoup d’arts visuels. En ce moment je travaille sur un nouvel album du coup c’est important pour moi de voir la dimension des objets par rapport aux sons qui nous entoure.

Mais l’art que tu proposes est très visuel également, avec tes clips vidéos, tu as créé une forte identité visuelle, est-ce c’est une nécessité pour toi? 

Oui c’est très important pour moi, qu’on voit ma musique autant qu’on l’entente. Mais pour être honnête je ne sais pas si j’ai réussi à transmettre..

Je pense que tu l’as fait! 

Oh merci beaucoup, merci. C’est quelque chose que je travaille et expérimente beaucoup.

Tu es plus à l’aise en studio ou sur scène?

Ce sont deux choses complètement différentes pour moi. Le studio c’est comme être dans le ventre de sa mère, être dans un cocon c’est très nourrissant et tu peux aller au plus profond de ton être. Être sur scène, j’adore cela car tu éclos. Ça me transporte et m’emmène toujours dans un endroit que je ne connais pas; c’est excitant car je ne peux pas prédire où j’irais. Et l’interaction avec le public est très intéressante…

Tu regardes comment ils réagissent à ce que tu proposes?

Oui, comment ils me répondent. Ce qui est étrange puisque tu n’es pas censé avoir une conversation avec le public mais en fait c’est le cas. Tu sais, je suis une grande soeur donc j’ai souvent des réflexes de « maman » à savoir si tout le monde va bien donc en pleine performance il m’arrive de « couver » un peu le public, je veux savoir si ils vont bien. *rires*

Ton album est très magique, voir mystique en terme de nuances et de sons. As-tu des rituels avant de monter sur scène ou quand tu enregistres? 

Oui j’en ai. À vrai dire dans ma vie de tous les jours j’en ai beaucoup! Je pense que les rituels sont très importants pour contempler le présent. Et la magie se trouve dans le présent. Donc je pense qu’il est nécessaire pour chaque individu de créer des rituels. Avant de monter sur scène, ce que j’aime faire c’est brûler de la sauge pour purifier l’espace car tu ne sais jamais où tu es, surtout en tournée tu arrives dans pleins de salles différentes donc tu veux les nettoyer. Mon groupe adore quand je fais brûler de la sauge au dessus de leurs têtes *rires* et ensuite on s’assoit toujours en groupe en formant un cercle…

Vous vous connectez l’un à l’autre…

Oui exactement, nos énergies, on se connecte au sol également pour être bien établi et dans le cercle chacun offre une affirmation pour la soirée. La nuit dernière on a eu un concert et des membres du groupe disaient des choses marrantes, du coup tout le monde était détendu et on rigolait mais certains peuvent dire des pensées vraiment profondes. Ça dépend des jours vraiment mais ce qui est certain est que chaque soir est unique, et c’est ce qui rend se rituel aussi important.

As-tu un endroit où tu as toujours rêvé de jouer?

Je pense que les endroits où je rêve de faire des concerts ne sont pas dans des salles, ça serait un rêve de faire un concert dans une forêt ou quelque chose comme ça.

Quels sont tes plans pour cette année? 

Je suis très excitée car cette année je sors mon second album, donc on est en train de tout rassembler pour créer quelque chose qui me tient à coeur et qui a du sens. Et après cela une tournée, j’espère.

La playlist Karma Spirit de Sasha Siem

playlistsasha

Merci à Sasha pour sa gentillesse, ainsi qu’à Solenne du Boogie Drugstore pour avoir organisé cette interview. 

Découvrez ci-dessous Crow, premier extrait du nouvel album Bird Burning de Sasha qui sera disponible le 17 juin prochain:

Soutenez Sasha Siem sur twitterfacebooksite officiel 

Good vibes always, 

KS xx.  

Texte et photos: Inès Ziouane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s