Interview: Michael Malarkey « La Peur est un masque que beaucoup d’entre nous ne réalisent pas porter. »

One comment

À l’occasion de ces deux concerts parisiens bientôt sold out, Karma Spirit a eu la chance d’interviewer Michael Malarkey. Découvrez le chanteur en toute sincérité…

Tu viens juste de sortir un album live, est-ce que c’est quelque chose que tu as toujours voulu depuis le début de ta carrière musicale? 

Pas vraiment. Plusieurs salles avaient déjà enregistré certains de mes concerts, mais j’ai toujours trouvé qu’ils ne correspondaient pas à l’atmosphère des soirées. Quelque chose manquait. Ces deux enregistrements sont différents. Pratiquement toutes les pistes viennent du concert que j’ai fait à Eddie’s Attic à Atlanta, il y deux chansons qui ont été enregistrées à Berlin l’an passé. L’ambiance était juste fantastique ces deux nuits, et ça s’est ressenti sur les enregistrements. Au départ, l’album était seulement disponible pour les personnes qui avaient pré-commandé Knots, mais on a ensuite décidé de le rendre disponible pour tous car cet album est une belle représentation de ce que sont mes shows… je joue rarement bien.

Maintenant que tu es en tournée, est-ce que tu écris de nouvelles chansons sur la route? 

J’adorerais que vous pensiez que j’ai un très beau bus de tournée, mais à vrai dire on est juste plusieurs personnes dans un tout petit van. Je ne gagne pas beaucoup d’argent de ma musique, alors je suis dans des hotels de merde où j’y reste seulement quelques heures avant de reprendre la route. Donc, je n’ai pas beaucoup de temps pour me poser et écrire. Mais, au moins je reste dans des hotels! Quand je jouais dans des groupes hardcores il y a plusieurs lunes de ça, on avait l’habitude de dormir sur le sol d’inconnus ou dans le van – parfois même sur le toit de notre van – tu ne savais jamais où tu pouvais terminer. La situation actuelle n’est pas aussi rude que ça, mais ce n’est pas glamour non plus. Je travaille actuellement sur de nouveaux morceaux, mais généralement je ne les travaille pas sur la route.

Ta musique est très brute, dans le bon sens.. On a juste ta guitare et ta voix. Est-ce que ton processus d’écriture change d’une chanson à l’autre, ou est-ce que tu commences toujours avec les mélodies puis les paroles? 

Je travaille généralement avec ma guitare d’abord, j’écris quelques mélodies et après j’essaye de voir quels mots et émotions me viennent en tête quand j’écoute ces mélodies. Dernièrement, j’expérimente un peu et j’essaye d’écrire acapella au lieu de commencer à la guitare, ce qui marque totalement un nouveau chapitre d’écriture pour moi. Je ne me suis jamais considéré comme un bon joueur de guitare et je ne m’y connais pas beaucoup concernant les accords, ce qui a changé la trajectoire de certaines de mes chansons de ce que je voulais qu’elles soient au départ. Pour être honnête, je préférerai être un chanteur dans un groupe au lieu d’etre coincé avec un instrument. Ça me libère vocalement, mais ce n’est pas pratique pour moi actuellement. Peut être qu’un jour je pourrais le faire. J’ai juste besoin de trouver mon propre Johnny Greenwood. Mais pour le moment, j’apprécies de changer mon processus d’écriture…

On peut lire tes sentiments comme dans un livre ouvert avec tes paroles. Te considères-tu comme un romantique ou un réaliste? 

Les deux je suppose… ou peut-être aucun des deux. Je n’aime pas avoir ce genre d’étiquette. J’apprécies juste la poésie de la vie, et j’aime écrire sur les connexions que je vois et ressens entre moi et le reste du monde.

Tu penses que c’est important que des paroles soient honnêtes, et viennent du coeur? 

Ça dépend du style de musique que tu fais. Ça ne doit pas forcément venir du coeur pour être effectif. Tous les arts ne viennent pas forcément du coeur. Parfois ça peut être très mathématique. Malgré cela, la musique qui résonne le plus pour moi est la musique qui est importante, et veut dire quelque chose pour l’artiste. Si tu ressens que l’artiste avait BESOIN d’écrire cet album, au lieu de juste rassembler quelques chansons, alors c’est le genre de musique que je veux écouter, peu importe le genre. Il y a beaucoup de chansons insignifiantes avec des paroles vides qui pourtant marchent, et que les gens adorent. Mais généralement, c’est parce qu’elles sont à la mode et pour la publicité. Beaucoup de personnes apprécient ce qu’on leur dit d’apprécier.  Et beaucoup de business-men veulent juste que les artistes soient tous les mêmes et entrent dans le moule. Je veux connaître et écouter les vrais artistes, pas les versions fabriquées par ces personnes. Désolé, j’ai tendance à divaguer et à m’emporter sur ce sujet, j’espère que j’ai répondre à ta question…

Parfait ne t’en fais pas.. Quelle est la chanson que tu as écris que tu préfères et pourquoi? 

C’est une question tellement difficile. J’ai toujours aimé la métaphore dans le premier couplet de Through The Night And Back Again, où le protagoniste assimile un coeur brisé à une citrouille d’Halloween construite d’une façon violente, gardant l’embrasure de son amour, repoussant n’importe quels futurs amants. Je pense que la dichotomie de quelque chose de créatif et de beau avec notre douleur, mais en même temps ne pas laisser les gens totalement tout savoir – ou en ne leur faisant pas peur – est un problème commun pour les personnes au tempérament artistique.

Quelle est l’émotion humaine la plus forte pour toi? 

Purée, tu me fais vraiment creuser au plus profond de mon être. J’adorerai dire l’Amour, mais on passe tellement de temps à le repousser, que j’aimerai presque dire que la Peur est devenue une émotion plus forte. J’ai l’impression que toutes les émotions viennent de la Peur. Penses-y. Mais à mon avis, la Peur est un masque que beaucoup d’entre nous ne réalise pas porter – alors qu’en dessous de ce masque on est plein d’Amour. On est tellement blessé et on a tellement peur que c’est difficile pour nous d’autoriser notre amour à être totalement libre. Désolé pour cette réponse très hippie…

Good vibes, good karma, je comprends. Que veux-tu que les personnes retiennent quand ils écoutent ta musique? 

Je suppose la même chose que quelqu’un retiendrait d’un show d’art. Une appréciation d’une série d’images, qui ensemble crée une perspective visuelle unique et une déclaration de la réalité… Est-ce que je peux être plus prétentieux que ça? Je m’arrêterai là.

Quelle est la chanson avec laquelle tu as eu une très grande connexion émotionnelle? 

Song For Zula de Phosphorescent, parce que purée, j’ai vécu chaque ligne de cette chanson…

Décris ta musique en trois mots:

Noooooooooon.

Si quelqu’un devait écouté seulement une de tes chansons, il devrait écouter:

Feed The Flames serait un bon début…

L’album que tu as le plus écouté dans ta vie? 

Probablement Energy de Operation Ivy, c’était une de mes premières obsessions et je suis sûre que je l’ai écouté tous les jours pendant une année ou deux!

Si tu étais un pays, quel serait ton hymne national? 

Last Light de Converge. Lis les paroles quand tu l’écouteras et tu verras de quoi je parle!

Le meilleur conseil que tu as reçu dans ta vie? 

C’était pendant que je faisais une formation sur Skakespeare à RADA (ndlr: The Royal Academy of Dramatic Art). « Dis juste les mots, sois sincères dans tes affirmations… et fuck off. » Une véritable perle de sagesse.

On demande à tous les artistes qu’on interview, cinq chansons qui constituent leur parfaite playlist. Quelle serait la tienne? 

C’est tellement dur, ça dépend des vibes. Hmm voyons voir, les premières qui me viennent en tête:

  1. Phosphorescent – Song For Zula
  2. Wild Beasts – All The King’s Men
  3. The National – Slipped
  4. Grizzly Bear – Two Weeks
  5. Tom Waits – San Diego Serenade

concours malarkey

Le gagnant de notre concours pour venir applaudir Michael lundi a été contacté. Merci à tous les participants! De nouvelles surprises arrivent prochainementIl reste quelques places pour le concert de lundi soir, j’espère qu’on se verra là-bas -> (tickets).  

Soutenez Michael Malarkey sur twitterfacebook – bandcamp

Un grand merci à Michael pour sa disponibilité et à Sound Diplomacy. 

Love always, 

KS xx

Propos recueillis par Inès Ziouane.

1 comments on “Interview: Michael Malarkey « La Peur est un masque que beaucoup d’entre nous ne réalisent pas porter. »”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s