ALBUM REVIEW: Local Natives – Sunlit Youth

Pas de commentaire

Trois ans après la sortie de leur second album Hummingbird, les Californiens de Local Natives ont dévoilé il y a quelques jours leur nouvel opus Sunlit Youth. Un album qui marque un nouveau tournant pour le groupe; plus positif et joyeux après leur précédent album beaucoup plus mélancolique. Un album interactif que vous pouvez découvrir en streaming via le Tumblr du groupe avec tout l’artwork créé pour l’occasion.

« I wanna start again », cette premier phrase ouvre Sunlit Youth et annonce la couleur. « I know that I’ll make it through »Villainy, ou la chanson plus électro que le groupe a composé, offre une introduction pleine d’optimisme. « It takes a moment for your eyes to adjust / Step out into the sun » Nous sommes prévenus, ils nous emmèneront sous le soleil de Californie pendant une quarantaine de minutes.

Past Lives, Dark Days et Fountain of Youth, véritables hymnes, offrent des perspectives d’avenir plus éclatantes. « We can do whatever we want to do / We can say whatever we want to say / And if we don’t care, then who cares? ». On retrouve les harmonies qui ont fait le succès du groupe.

Masters avec son « Are you affraid to call yourself a feminist? » retentit. On en est qu’à la cinquième chanson de l’album qu’on se rend compte que le groupe n’a pas peur de parler des problèmes de notre société actuelle en se posant des questions sur le futur. Ce qui est rafraichissant c’est de voir que ces interrogations sont positives et que c’est à chacun d’entre nous d’aider à changer le monde pour le meilleur. Jellyfish, titre un peu plus lo-fi  dreamy que les précédents marque la seconde partie de l’album. Coins, sortie un mois avant l’album montre le côté plus soul du groupe et de la capacité du groupe à se réinventer titre après titre.

Mother Emanuel, a tous les ingrédients qui rendent ce titre fort: les instruments, par la voix de Taylor Rice et par les paroles  « Eyes the other way / Violence without a cause ». Ellie Alice, est un doux mélange des deux premiers albums du groupe Gorilla Manor et Hummingbird. Psycho Lovers, dramatique à souhait grâce à la basse de Nik Ewing est un de nos coups de coeur de cet album. Everything All At Once et Sea of Years clôturent Sunlit Youth et ce voyage introspectif/cette auto-évaluation à la perfection.

En s’interrogeant sur leur place dans un monde fucked up, Local Natives a su créer un album optimiste, et plein d’énergies positives. Les princes de l’indie-folk ont encore frappé avec un opus brillant et rafraichissant. Malgré la fin de l’été, le groupe a su le mettre sur cet album. Alors quand l’hiver arrivera et que vous serez déprimés sous un ciel gris, écoutez Sunlit Youth encore et encore et encore. Vous aurez les oreilles pleines de good vibes. Promis.

Sunlit Youth est disponible depuis le 9 septembre ici. Soutenez le groupe sur twitterFacebooksite officiel. Les Local Natives seront de retour sur Paris le 10 novembre prochain et se produiront au Trianon, il reste des tickets ici. On vous conseille fortement d’y aller. Good vibes always, KS xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s