ALBUM REVIEW: Bastille – Wild World

rs-247208-rs-bastilleTrois ans après l’incroyable succès de Bad Blood, le groupe Bastille est de retour avec un second opus très attendu, Wild World.

Alors que leur premier album nous donnait un aperçu de l’Histoire à travers différentes références aux mythes grecs et romains; Wild World, lui, nous plonge dans le monde d’aujourd’hui et sa complexité, mais toujours avec beaucoup de profondeur et d’émotion.

Le premier single, Good Grief donne le ton avec brio. Un morceau aux sonorités pop et entraînantes nuancées par un texte plus sombre évoquant la perte d’un être cher « What’s gonna be left of the world if you’re not in it ? » et tous les sentiments qui l’accompagnent : confusion, hystérie etc.

Avec The Currents, Bastille répondent toutes à nos attentes en nous offrant ce qu’ils savent faire de mieux. Les instruments sont parfaitement harmonisés et les accélérations de rythme matchent avec les paroles et le sentiment d’incrédulité exprimé face au climat politique actuel « Oh my God, my God, I can’t quite believe my ears ». 

À partir de la troisième chanson, An Act of Kindness, on ressent une vraie progression. Il s’agit sans aucun doute de la chanson la plus positive de l’album mais également surprenante grâce aux voix déformées sur les refrains.

C’est réellement au niveau des paroles que Wild World va plus loin que son prédécesseur. Dans tout l’album, Dan Smith évoque sans détours la complexité de notre société et l’interaction humaine.

Sur le très dansant Glory, il nous montre toute sa puissance vocale en chantant des mots qui nous touchent en plein cœur « When we’re lying in the dirt, there’s no looking up for heaven »

Tandis que Warmth dépeint la nature glaciale de notre société « hold me in this wild, wild world cause in your warmth, i forget how cold it can be ». 

Musicalement, le groupe sonne plus audacieux grâce à des morceaux comme Power ou Two Evils qui nous emporte dans une ambiance particulière et très intrigante.

Pour Send Them Off, le dernier single en date, Dan Smith et ses compatriotes s’inspirent d’Othello de Shakespeare pour aborder le thème de la jalousie qui consume le protagoniste de l’intérieur.

L’album se poursuit avec Lethargy qui est de loin ma préférée et dont l’air si entraînant a pour but de nous faire oublier les pressions que nous subissons comme le personnage de la chanson «  You told me not to be like anybody else ».

Four Walls (The Ballad of Perry Smith) aborde un sujet encore tabou aujourd’hui, la peine de mort. En parlant de Perry Smith, un condamné à mort pour avoir commis un quadruple meurtre en 1959 aux Etats-Unis, Dan évoque son avis partagé sur le sujet « Now we’re faced with two wrongs, I don’t know, oh, I don’t know ». Les paroles sont accentuées par l’usage grave de la guitare et le tempo lent, ce qui nous donne matière à réfléchir.

Fake It, le second single de l’album, réussit à capturer l’attention et ce dès le début grâce au snippet de dialogue extrait du documentaire Social Seminar Changing.

 Vient alors Snakes qui redonne le sourire dès les premières secondes, encore une fois l’air léger et entraînant s’oppose aux snakes qui sont une métaphore de tous les petits problèmes qui nous étouffent au quotidien « Snakes are biting in my heels, the worries that refuse to let us go ».

Dans Winter of Our Youth, Dan décrit le passage compliqué de l’adolescence à l’âge adulte et de toutes ses conséquences. Il s’agit du titre qui joue le plus avec les samples cinématographiques, le cinéma étant l’une des passions du chanteur.

Sans vouloir que la review ne soit exhaustive, car l’album en version deluxe ne compte pas moins de 19 pistes, la rédaction vous conseille grandement d’écouter Wild World. Plus ambitieux et plus assuré que Bad Blood, ce second album de Bastille est plus que réussi. Dans cet opus, Dan Smith parvient à nous montrer l’étendue de sa puissance vocale sans tomber dans l’exagération et le reste du groupe nous surprend en osant davantage et en proposant des mélodies plus audacieuses. Tout comme dans Bad Blood, le quatuor britannique réussit à nous raconter une histoire qui nous captive un peu plus à chaque morceau.

Nos coups de cœur : An Act of Kindness, Lethargy, Glory, Snakes, Shame.

Wild World est disponible depuis le 9 septembre ici. Après un passage remarqué à Rock En Seine le 26 août, Bastille sera de retour au Zénith de Paris le 2 février prochain, vous pouvez prendre vos places ici. On vous conseille évidemment d’y aller pour découvrir ce fabuleux album en live. Soutenez Bastille sur twitter – facebook – site officiel.

Good vibes always, 
KS xx. 

Review écrite par Sandrine Gnanadicom.
Si toi aussi tu veux écrire pour Karma Spirit, n’hésites pas à nous envoyer un mail: karmaspiritgroup@gmail.com. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s