Interview: Glass Animals « Cet album est vraiment une réflexion profonde de plusieurs idées »

Il y a quelques semaines, Karma Spirit a eu la chance de s’entretenir dans un café parisien avec Dave Bayley de Glass Animals. Le chanteur revient sur la création du nouvel album du groupe How To Be A Human Being.

Comment la période précédent la sortie de l’album a été pour toi :  excitante ou vraiment stressante?

Excitante! Beaucoup de choses se sont passées. Cet album est vraiment une réflexion profonde de plusieurs idées, et c’est ce que j’aime quand on crée un album. J’aime que tout le travail soit lié: l’artwork, les vidéos, etc. Donc il y a eu beaucoup de choses à faire pour que tout soit cohérent mais à la fin de la journée ça vaut le coup.

glassanimals

Vous avez tellement un son unique, on se sent toujours bien quand écoute vos chansons! Quel est votre processus d’écriture?
Vous avez tendance à écrire les mélodies puis les paroles ou l’inverse? Comment cela évolue-t-il en une chanson?

Récemment, on a changé nos habitudes. Pour le premier album, on faisait toute la partie électronique avec tous les beats en premier, on avait commencé par la production puis on avait écrit les paroles. Pour cet album, on a fait l’inverse! Cette fois-ci les paroles et les mélodies sont venues en premier, ensuite les guitares et après la production. Tout a été inversé!

How To Be A Human Being est rempli d’histoires de personnages de la vie de tous les jours. Comment cette idée est venue, par quoi avez vous été inspirés? 

On voyageait beaucoup, et on rencontrait énormément de personnes. On entendait beaucoup d’histoires, les chauffeurs de taxis par exemple parlent beaucoup. Quand on allait à des soirées aussi, on nous racontait plein d’histoires. Alors je les enregistrais en cachette sur mon portable…

Arrête, t’as pas fait ça! 

Si (rires) je prenais mon portable en cachette et j’enregistrais dès que je pouvais le faire! Après quand je les réécoutais, j’étais sensible à comment les personnes racontaient ces histoires et quels mots ils utilisaient, je pouvais comprendre quand ils ne disaient pas tout ou quand justement ils exagéraient les choses. Donc avec tout ça j’ai décidé de créer mes propres personnages et de regrouper tous les thèmes abordés dans ces nouvelles histoires que j’étais en train de créer.
Je pense que c’est pour ça que les paroles sont arrivées en premier d’ailleurs pour cet album.

Tu pourrais en faire un film… 

Ce serait drôle oui! C’est ce qu’on essaye de faire actuellement pour les clip vidéos.

Votre premier album ZABA est disponible depuis déjà deux ans, ça doit être bien de pouvoir jouer de nouvelles chansons en live! Comment te sens-tu? 

Je suis excité mais je suis nerveux aussi par rapport à ça. C’est dur de jouer ces chansons en live, ce ne sera jamais pareil que sur l’album car il y a eu beaucoup de travail dessus. Chaque chanson a plusieurs « couches » alors qu’en live on est que quatre et je n’aime pas utiliser de bande son. Ça ne dérange pas beaucoup de groupe d’en utiliser mais moi si. Donc on a du tout changer.

Ce sera plus brut en live… 

Oui, exactement. C’est beaucoup plus brut, on a du choisir les parties les plus importantes de chaque chanson pour les rendre beaucoup plus imposantes en live. On a travaillé dur sur ça donc c’est parfois angoissant. Les gens s’attendent à entendre quelque chose qu’on ne peut pas forcément leur donner.

Oui, ils s’attendent à entendre ce qui est sur l’album. 

Je déteste ça! Quand je vais voir un groupe, et qu’ils font exactement ce que j’entends sur leur album. Je préfère encore rester chez moi et mettre mes écouteurs et écouter l’album.

Vous jouez le 2 novembre à Paris! Quelles chansons es-tu le plus excité de présenter en live? 

Oui on revient bientôt, à l’Élysée-Montmartre, j’ai hâte!
Franchement je suis excité à l’idée de toutes les jouer. Je dois dire que Pork Soda est vraiment fun car elle est vraiment différente de ce qu’on a fait auparavant!

L’artwork de How To Be A Human Being est vraiment spécial. Vous avez créé un univers à part entière à l’album; c’était quelque chose d’important pour vous? 

Oui, très important. On a fait l’artwork nous-même cette fois, c’est beaucoup de travail mais l’idée générale était que chaque chanson raconte l’histoire d’un personnage différent. On a donc fait des castings pour choisir les acteurs qui représenteraient chaque personnage et donc chaque chanson.   Ils sont sur la pochette et sur tout l’artwork de l’album, dans les clips vidéos. Le public regarde désormais la musique, du coup avoir une forte identité visuelle qui va avec elle est quelque chose de très important. Maintenant même quand tu achètes un vinyle, il y a beaucoup de travaux visuels dessus, il y a des photos, les disques sont colorés, c’est une pièce d’art à part entière. On s’attend tous à avoir un contexte où placer l’album. C’est vraiment bien de pouvoir participer à tout cela maintenant. On a pu créer des sites web pour quelques personnages de l’album.

Oui, on a pu voir tous les GIFs sur vos réseaux sociaux. 

Oui avec Super Mario Kart! On a aussi fait un événement où tous les personnages étaient présents!

L’événement Tumblr, non? 

Oui, exactement! C’était très bizarre comme événement, de voir l’album aussi vivant.

Question existentielle… La phrase « Pineapples are in my head » veut dire quoi? Parce que je l’ai eu en tête pendant une semaine. 

Ah désolé! (rires) Alors je marchais dans la rue, et j’ai entendu un SDF dire quelque chose mais je te jure que ça ressemblait à « Pineapples are in my head »;  je suis sûr que c’était ça! Et cette phrase est restée dans ma tête, je ne sais pas pourquoi! Comme pour toi d’ailleurs. Même quand je n’avais pas écrit la mélodie, ces mots sont restés gravés dans ma tête. Et je pense qu’ils veulent dire plus que ce que j’en ai fais. À quoi pensait le SDF qui était bourré quand il a dit ça?

glassanimals_interview

How To Be A Human Being de Glass Animals est disponible ici. Le groupe sera de passage par l’Elysée Montmartre de Paris le 2 novembre prochain, le concert est déjà complet.

Un grand merci à Dave de Glass Animals, à Erwan et à toute l’équipe de Caroline France pour leur générosité et disponibilité! ❤ 
Good vibes always, KS xx. 

Propos et photos recueillis par Inès Ziouane.

Une réponse sur « Interview: Glass Animals « Cet album est vraiment une réflexion profonde de plusieurs idées » »

  1. Merci. Super interview et concert mercrdi passe. Effectivement le son bcp plus brut sur scene donc un vrai plaisir a les voir jouer. Titre les plus impressionants: Poplar st et pork soda (en conclusion). Philippe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s