Abattoir Blues: les débuts audacieux d’un groupe prometteur

abattoir blues
Photo: Charlotte Patmore

Si vous êtes de jeunes musiciens déterminés et talentueux, la petite ville de Brighton au sud de l’Angleterre vous apportera surement tout le soutien dont vous aurez besoin. Après avoir propulsé et inspiré The Magic Gang, Dream Wife, Our Girl ou encore Blaenavon sur les devants de la scène musicale indépendante, c’est au tour d’Abattoir Blues, ce quintet enragé aux sons bruts et agressifs. Signés chez Cannibal Hymns, petit label indépendant anglais, Abattoir Blues dévoile aujourd’hui la face B de leur single « Sense/Fading« .

Composé de George, Sam, Ed, Scott et Harry au chant, le groupe existe maintenant depuis près de trois ans ; c’est à cette période qu’ils ont composé le titre Sense qui est d’ailleurs le premier morceau qu’ils aient composé ensemble. Dans un entretien avec NME, Harry, le chanteur, confesse que les paroles évoluent avec le temps. Les paroles du deuxième morceau « Fading » ont été écrites il y a un an. Quant au thème abordé (la crise migratoire que connait l’Europe), le chanteur déclare: « Je me sens bizarre et triste à la fois, parce que quand j’ai écrit les paroles, je pensais que l’attitude des gens vis à vis des migrants ne pouvait pas être pire. Mais ça devient de plus en plus grave et je pense que si j’écrivais cette chanson à l’heure actuelle les paroles seraient encore pus tristes et déprimées ».

Alors que l’on trouvait difficilement des groupes prêts à exprimer pleinement leurs opinions sur des sujets politiques et sociaux en 2015, l’arrivée d’un referendum sur le Brexit au royaume-uni a commencé à changer la donne début 2016, où beaucoup de groupes ont pris position. Le « protest song » refait surface dans une période ou de nombreuses crises sévissent : identité, migrants, écologie. Avec ces deux titres, le groupe pousse cette tendance au niveau supérieur. « Je pense qu’il est important de s’exprimer sur ce genre de choses et en tant que groupe on recent ce qu’on chante, mes paroles sont un exutoire, mais je ne veux pas être genre ‘pensez comme moi ».

Pour Abattoir Blues, le role de la musique est d’encourager le débat.

« On devrait toujours être impliqué politiquement, même si j’aime pas trop les gens qui essaient de faire la morale. »  Ce premier single « physique » (qu’il sera possible de commander dès demain) est logique, de par la cohésion des mots et de l’ambiance du morceau : de lourdes guitares, une voix agressive et désespérée. La colère du groupe ressort à chaque note jouée, leur promettant un brillant avenir dans l’univers du rock britannique, ré-utilisant enfin cette culture pour s’exprimer, dans une époque ou le rap est devenu le mouvement de portes paroles d’une génération en colère et frustrée, prenant le flambeau des Ramones ou des Smiths.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s