Live report: Loyle Carner @ Le Badaboum 25/02/2017

Samedi dernier, Loyle Carner était de retour sur Paris à l’occasion de sa tournée Yesterday’s Gone Tour. Et c’est dans un Badaboum plein à craquer que le jeune rappeur britannique nous a régalé. Pour redécouvrir tous nos articles concernant Loyle Carner, cliquez ici.

C’est Barney Artist accompagné de son DJ Buttery Hotness qui monte sur scène en premier. Le jeune londonien a tout simplement mis le feu avec ses textes et en faisant participer tout le public à son set. Vous pouvez le soutenir sur twitterfacebooksite officiel.

Rebel Kleff s’installe sur le meuble de vinyles installé à droite de la scène. Oui, car on est comme à la maison avec Loyle Carner: devant la télé, qui est ici une toile avec la cover de son album; un fauteuil, des lampes, des cadres photos, etc. Les premières notes de The Isle of Arran retentissent et le jeune rappeur débarque sur scène. Le Badaboum est déjà électrisé. C’est toujours avec beaucoup de gratitude que Loyle se présente. Mean It In the Morning, extrait de son nouvel album Yesterday’s Gone, débute.  Petite pause, avec +44: toute la salle est pendue aux lèvres du britannique. Les chansons s’enchaînent et l’énergie ne fait qu’augmenter. Chaleur humaine, amour et bonnes vibrations; on ne retient que ça que des performances de Loyle Carner. Le rappeur raconte entre chaque chanson des petites histoires personnelles, et partage avec son public des moments de sa vie. On ne peut s’empêcher de regarder le portrait de son beau-père sur la première étagère du meuble à vinyle: micro à la main, maillot de Cantona autour du cou, sourires : douce mise en scène que Loyle Carner reproduit tous les soirs. Seamstress, Damselfly, Stars and Shards, Mufasa, Florence, No Worries, Check The Rhyme (reprise de A Tribe Called Quest), Mrs. C, BFG, Tierny Terrace, Ain’t Nothing Change, NO CD. Le concert passe beaucoup trop rapidement. Le show se termine sur Sun of Jean et Yersterday’s Gone, où sa mère et son beau-père y font une apparition (ndlr: Yesterday’s Gone étant le titre d’une chanson sur l’album de son beau-père défunt, et qui n’est jamais sorti). J’écrivais il y a quelques mois après sa performance au Pitchfork Avant-Garde: « Ce poète de rue a su captiver l’assemblée par ses textes, son honnêteté et générosité – et on pourrait mettre sa photo à côté de notre mantra Good vibes, good karma. » et je pourrais le réécrire encore et encore.

>> Entrevue 100% good vibes good karma avec Loyle Carner.
>> Live Report: Loyle Carner – Pitchfork Music Festival Avant-Garde @ Café de la Danse
>> LIVE REPORT: Festival l’Ère de Rien – 22, 23 avril 2016.

loylecarner-yesterdaysgone-3000x3000_1200_1200Le premier album de Loyle CarnerYesterday’s Gone est disponible ici. Soutenez le chanteur sur twitter – facebook – site officiel.

Merci à Caroline France. ❤
Texte et photos par Inès Ziouane

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s