Interview: Michael Malarkey « Tu ne peux pas passer ta vie à ignorer la partie la plus sombre de toi-même. »

Dans moins d’un mois sortira Mongrels, le premier album de Michael Malarkey. Pour cette occasion, le chanteur est venu il y a quelques mois sur Paris pour le présenter à une poignée de chanceux. Karma Spirit en a profité pour s’entretenir avec l’artiste. Retrouvez un report complet de cette soirée, ici.

Concernant la création de l’album:

« Tous les disques que j’ai sorti auparavant ont été créés au fur et à mesure que les choses avançaient. Je décidais du titre et du thème pendant le processus de création. Pour Mongrels, je savais déjà ce que je voulais faire. Enfin, je ne dis pas que certaines choses ne se sont pas créées au fur et à mesure mais j’avais déjà en tête ce que je voulais réaliser créativement et musicalement parlant. J’ai eu un très bon groupe avec moi, qui m’a aidé a créer ce dont j’avais envie. Le plus gros challenge était de le réaliser pendant que je tournais (ndlr: Michael est aussi acteur) — on voulait que l’album soit terminé en février, et mon tournage terminait en février également. Il a donc fallu qu’on trouve des weekends et que je ré-arrange tout mon emploi du temps de tournage pour pouvoir enregistrer. Tout ce qui a été fait sur cet album, a été fait avec ce sentiment de « on peut le faire si on le veut, il suffit qu’on travaille pour tout prévoir », sauf le fait que j’ai rencontré la violoncelliste à l’aéroport par hasard et qu’elle a fini par enregistrer avec nous *rires*. Même la cover de l’album, au départ, était censée être simplement des photos de presse pour annoncer l’album. Finalement, j’ai adoré ce photoshoot et tout le livret de l’album contient des photos de cette journée. Tout s’est mis en place d’une façon très naturelle. Les idées me venaient au fur et à mesure, toujours en respectant ma vision de base. En voyant le livret de l’album, je savais qu’il fallait que j’écrive toutes les paroles à la main dessus. Ça m’a pris beaucoup de temps mais c’était nécessaire. Je pense que cette période de création a été plus qu’enrichissante pour moi. J’étais entouré d’une équipe qui était vraiment à mon écoute et qui travaillait pour que la vision que j’avais en tête prenne vie. Réaliser cet album a vraiment été une bénédiction pour moi. » 

Michael n’en est pas à son coup d’essai avec cet album. Ces dernières années il a sorti plusieurs EPs: Knots, Feed the Flames,… qui lui ont permis de jouer un peu partout dans le monde. Cependant, Mongrels a permis à Michael de prendre le contrôle et de vraiment s’épanouir en tant que musicien: « J’ai fait une tournée en Angleterre juste après les deux concerts à Paris l’an passé avec un groupe. Et cela a vraiment changé les choses pour moi. » En effet, l’an passé le chanteur nous avait confié ne pas être très à l’aise avec une guitare et qu’il préférerait être dans un groupe (interview à retrouver ici). « Au milieu du set, il y avait une partie où je jouais en acoustique puis le groupe remontait sur scène avec moi. Et il y avait quelques chansons pendant lesquelles je ne jouais pas. Juste chanter et être capable de se concentrer sur le public a été très libérateur pour moi je dois dire. Durant toute cette tournée j’ai vraiment appris à apprécier la dynamique de faire les deux: chanter sans la guitare et avec. » nous raconte-t-il, avant d’ajouter quelques mots sur une chanson de l’album dont il est excité de faire découvrir:  « Il y a cette chanson dont je suis particulièrement fier sur l’album qui s’appelle Unconfortably Numb, que j’ai écrit acapella. Je n’étais justement pas limité par mes connaissances sur quels accords faire à la guitare. C’était juste moi et mes pensées. J’ai ensuite apporté tout ça au studio et le groupe et moi avons construit la chanson ensemble. Je trouve ça vraiment bien. »

Écrire cet album a permis au chanteur de découvrir des choses qu’il ne connaissait pas encore sur lui-même:

« C’est dur d’expliquer ce que j’ai appris car j’ai l’impression que ce sont des leçons de vie dont on ne peut mettre de mots dessus. C’est une transformation en toi, que tu ressens. Je pense que durant ce processus, beaucoup de choses se sont déroulées dans ma vie et en moi. Tu plonges à coeur ouvert dans cette noirceur qui est en toi, tu es chanceux si tu en ressors. J’y étais et c’était sombre et bizarre. Mais grâce à l’écriture de l’album j’ai trouvé un chemin pour m’en sortir. C’était une période très compliquée pour moi, et en même temps j’ai l’impression, qu’il y a beaucoup d’espoir dans cet album. C’est vraiment paradoxal en fait comme album: c’est comme les montagnes russes de mon esprit. J’aimerais le présenter comme un carnaval, avec toutes ces différentes couleurs — une palette éclectique de genres et d’idées. C’est une expérience; un voyage. »

Ce qu’il espère que les gens retiennent de sa musique:

« J’aimerais que les gens retiennent ce que j’ai appris durant tout ce processus. » Il ajoute: « Ce n’est peut être pas dans les paroles, ou dans les mélodies au premier abord mais si tu fais vraiment attention, et que tu te penches vraiment sur les paroles, tu peux alors comprendre que cet album est sur le fait d’être en accord avec les conflits qu’on peut avoir en nous. Nous sommes des êtres humains conflictuels, des animaux conflictuels, qui ont de la lumière et de l’obscurité en eux tout en comprenant que c’est cela qui nous fait en tant qu’êtres humains et animaux. Cette lumière et cette noirceur sont totalement normales. Toutes ces pensées et ces sentiments sont valides. Et c’est ce que tu fais de ces sentiments qui te définiront en tant que personnes. Si tu n’as pas toutes ces épreuves dans la vie et que tu ne les acceptes pas, tu finiras par retomber dans de vieux schémas, avec d’anciennes habitudes et tu n’apprendras rien. 

Pendant la création de cet album, il y a eu beaucoup de conflits en moi. Je me suis posé beaucoup de questions, il y avait cette certaine dualité dans ma façon de penser: qu’est-ce-qui est valide / qu’est-ce-qui est valide par la société. Et je suppose, que j’aimerai que mes auditeurs comprennent que de ressentir ça est tout à fait normal et justifié. Que c’est normal de temps en temps d’aller dans les bois, d’être sombre à propos de quelque chose mais qu’il ne faut pas oublier d’apporter une lampe torche, pour en sortir *rires*. C’est important de vivre ces choses, et de les comprendre. Tu ne peux pas passer ta vie à ignorer la partie la plus sombre de toi-même. Parce que quand tu sais ce que c’est, tu prends le contrôle; ce n’est plus une menace. J’ai l’impression que beaucoup de personnes se sentent menacées par ces sentiments un peu sombres, ils en ont peur et c’est le cas car la société nous a appris qu’avoir ce genre de sentiments et pensées était quelque chose de mauvais. Mais avec le temps, on a trouvé une façon d’être connecté à la Terre, à la beauté de la nature et autres personnes. Et c’est cette notion de connexion qui devrait être soulignée parce que la plupart du temps on est complètement déconnecté, on pense que notre voyage est le plus important. Alors qu’on devrait tous s’unir autour de ça. Je pense que Mongrels représente l’envie de se tourner vers la nature, avec nos cerveaux pourtant bien technologiques et de trouver cette compréhension des choses, de cette dualité, et de cette connexion. »

Le conseil qu’il donnerait aux jeunes artistes qui essayent de vivre de leur musique:

« Faites quelque chose d’autre! » plaisante Michael, avant de reprendre: « Plus sérieusement, je pense que quelqu’un qui débute et qui a vraiment l’envie de faire cela doit le faire en se rendant compte que peut être il ne gagnera jamais sa vie en faisant de la musique. Et si cette personne est d’accord avec ça alors il va passer les meilleurs instants de sa vie et il a raison de le faire. Si elle le prend avec cette mentalité alors le pourcentage qu’elle soit remarquée est de 100%. Le monde a de plus en plus besoin d’honnêteté; avant tout autre chose. J’encourage vraiment les jeunes artistes à arrêter de regarder X Factor ou American Idol et de penser que c’est comme ça que c’est censé se passer; parce que ces émissions ont un seul but pour leurs candidats et c’est qu’il gagne quelque chose. Et c’est cette notion de gagner qui est dérangeante. Gagner une compétition que tu n’as pas créé n’est pas important. Il n’y a pas de course dans la vie. Prends le temps d’en apprendre plus sur toi-même, au lieu de regarder ce que font les autres artistes. Bien sûr tu peux être inspiré par des artistes, mais c’est ton voyage de découvertes. Peu importe ce qu’est ton voyage, il faut que tu reste ouvert et inspiré par ce que tu vois et que tu sois ancré dans le moment présent. »

Pour un report plus détaillé sur Mongrels, le premier album de Michael, nous vous conseillons de lire l’article concernant la listening party de l’album, ci-contre: Live report: Une soirée en compagnie de Michael Malarkey à Paris.
Découvrez ou re-découvrez tous nos articles concernant le chanteur ici.
LIVE REPORT: Michael Malarkey + Swamp Mother – Le Klub, Paris
Interview: Michael Malarkey « La Peur est un masque que beaucoup d’entre nous ne réalisent pas porter. »

Mongrels, sortira le 8 septembre prochain. L’album est disponible en pré-commande ici. Michael Malarkey sera de passage à Paris le 2 décembre prochain pour un concert au Point Éphémère (tickets). Vous pouvez soutenir le chanteur sur twitterfacebooksite officiel.

Un grand merci à Danny de Sound Diplomacy, Irène de La Mission, et Michael pour leur gentillesse et disponibilité! Good vibes always, KS x.
Propos et photos recueillis par Inès Ziouane.

Un commentaire sur « Interview: Michael Malarkey « Tu ne peux pas passer ta vie à ignorer la partie la plus sombre de toi-même. » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s